octobre 05, 2005

7-Téléphonie mobile et stations de bases: un génocide silencieux

L'excellent Blog de Raffa sur le sujet me donne l'occasion d'insister sur les enjeux et les risques de la Téléphonie mobile.

La "technologie" des portables vient du fait que les fréquences micro-ondes ont été abandonnées par l'armée qui les trouvaient déja dangereuses depuis les années 5O. Malgré maintes preuves et maladies des personnels militaires exposés en leurs temps, les industriels ont repris cette technologie pour une application civile au mépris de la santé du plus grand nombre. Or les opérateurs eux-mêmes ne garantissent pas leur absence de danger sanitaire: c'est à chacun de choisir de prendre ou non ce risque. Quant aux antennes relais, aucun danger ne serait vraiment identifié dit la version officielle. Qu'en est t'il vraiment?

  • Les assureurs savent


il y a urgence, notamment quand on sait que le président d'une des plus grandes compagnies d'assurance du monde a déclaré ceci:


Le métier des compagnies d'assurance est d'assurer les risques imprévisibles; elles n'ont pas à assurer des risques prévisibles!...C'est aux politiques de veiller à éviter ces risques

Dès 2003, les compagnies d'assurance traduisent ces élements dans leurs dispositions générales de cette manière:

Sont exclus de l'assurance, tous les dommages causés directement ou indirectement, résultant de ou liés de quelque manière que ce soit aux champs électromagnétiques (CEM), aux organismes génétiquement modifiés (OGM), à l'encéphalite spongiforme transmissible (ESB) en ce dans sa manifestation chez l'homme
(AGF resp. civile entr. AD1005FR06.02 division C, exclusion, &: i, j, k).

Les assureurs emploient depuis longtemps les mêmes termes pour exclure de la même façon, les dommages causés par l'amiante, les radiations ionisantes, les produits toxiques, les déchets et combustibles nucléaires, choses connues; mais alors si les assureurs mondiaux réagissent dans ce nouveau domaine avec autant de précautions, c'est qu'indubitablement ils savent et de manière objective- c'est leur métier!- la gravité de la situation actuelle et ses conséquences pour demain!

  • Quelques cas d'écoles
L’usage des téléphones mobiles GSM et des DCS 1800 ou appareils aux normes Radiocom 2000, type analogique. est interdit à proximité : - des pompes à perfusion,- des installations de dialyse et d’hémaphérise, - des respirateurs, - des dispositifs de monitoring, - des appareils de biologie médicale, - des appareils d’imagerie médicale. Ils doivent même être débranchés. Par ailleurs, il est demandé d’informer impérativement les porteurs d’un stimulateur cardiaque de ne jamais approcher un téléphone mobile cellulaire à moins de 20 cm de la région cardiaque. Extrait des recommandations de la circulaire N° 40 du 9 octobre 1995 DH/EM1 à l’usage des affaires sanitaires et des établissements de santé (texte non paru au Journal Officiel).


Lien Source



Ambassade de Moscou, Russie, 1960

Il s'agit d'une affaire d'espionnage dirigée contre l'ambassade américaine de Moscou. Des espions avaient dissimulé de petits boîtiers dans les pièces de l'ambassade. En bombardant cette dernière par des micro-ondes, les boîtiers en question se trouvant ainsi en résonance avec ces Micro-ondes, les renvoyaient ainsi que tous les signaux sonores se trouvant dans les pièces. Selon le professeur Cyril Smith, l'intensité de ce bombardement par Micro-ondes ne dépassait pas 5 micro-watts/cm² et malgré cela, trois ambassadeurs sont décédés successivement et la moitié du personnel diplomatique est mort de leucémies ou cancers, et également un taux d'avortement bien au-dessus de la normale. Le pot aux roses fût découvert lors d'analyses sanguines.

Las Cobas, Perpignan, France, années 2000

Il s'agit d'un quartier niché sur la falaise de Perpignan. Le château d'eau est colonisé depuis les années 2OOO par plussieurs antennes relais orientés vers les maisons qui se situent en contrebas. Le lot quotidien des habitants: maladies, médicaments, impossiblité d'apprentissage pour les enfants...(source Canard enchaîné)


L'école Saint-cyr,Yvelines, années 2OOO, France

C'est une enquête «citoyenne et sanitaire» menée par une poignée de parents d'élèves qui a donné l'alerte. Le questionnaire avait été distribué en octobre 2001 dans un quartier de Saint-Cyr-l'École (Yvelines) où sont installés sept pylônes de téléphonie mobile. Les deux premières antennes ont été plantées en 1992 sur le toit d'un petit groupe scolaire (maternelle et primaire), suivies de deux autres, cinq ans plus tard.

Une centaine de réponses, sur le millier d'exemplaires alors distribués, font état de symptômes récurrents, allant des migraines aux troubles du sommeil et palpitations. Surtout, 14 cas lourds sont répertoriés. Parmi eux, des leucémies, un cancer des os chez un enfant de dix ans et une colite recto-hémorragique en échec de traitement chez une petite fille.

Membre d'une association de défense de l'environnement, Anne Balavoine est aussi la mère de deux enfants scolarisés dans l'école. « Il ne s'agit en aucun cas d'une enquête scientifique, souligne-t-elle. Mais ses résultats étaient suffisamment inquiétants pour nous mobiliser. » D'autant que deux enfants qui fréquentaient l'école depuis leur plus jeune âge sont morts, en 1996 et 1998, des suites d'une tumeur au tronc cérébral, une forme de cancer infantile très rare.

Dans ce contexte, l'annonce du déploiement d'un troisième pylône sur le toit d'un immeuble privé situé dans la zone pavillonnaire voisine a mis le feu aux poudres. A deux reprises, les parents d'élèves, soutenus par la municipalité, se sont interposés physiquement contre les travaux. « Le lien entre les problèmes de santé rencontrés par les riverains et les antennes ne peut être prouvé. Pourtant, le doute subsiste », explique ainsi Paul Ayoub, chargé du dossier à la mairie. Au nom du principe de précaution, la Ville a donc pris un arrêté, en juin 2001, interdisant l'installation d'antennes à moins de 300 m de toute habitation. Elle a ordonné le démontage des mâts qui surmontent l'école et l'interruption des travaux de construction du dernier pylône. Mais l'arrêté a été cassé par le tribunal administratif.

La mobilisation des parents s'est poursuivie et semble en voie de porter ses fruits. Car la ville avait proposé aux opérateurs trois sites alternatifs où pourraient être regroupées leurs antennes. « Après plusieurs refus catégoriques, l'idée a fait son chemin. Ils semblent désormais sur le point d'accepter », se réjouit Paul Ayoub. Leur réponse sera connue mi-juin.


Mobilisation payante à Saint-Cyr-l'École
Source: le figaro 27 mai 2002

  • Le brouillard de la poluttion électromagnétique n'existe pas en France, comme en son temps celui de Tchernobyl.

Où se justifient les attaques en règle des études scientifiques corroborant les maladies et autres désagréments pour les riverains et utilisateurs de portables, dérives mafieuses, chantages à l'emploi et destabilisations politico-scientifiques.

Aidés de scientifiques (à l'éthique douteuse et sans aucune indépendance financière et profesionnelle) , des pouparlers dont sont exclues les associations et les riverains et d'un lobbiyng éffrené et corruptif, les opérateurs semblent avoir reccours à ce qu'on appelle en droit des comportements dilatoires.

Retarder le plus longtemps possible les validations scientifiques des effets toxiques induites par les fréquences de leurs matériels. Et de plus, il semble que sur Internet, l'information est de plus en plus relayée, palliant le refus des médias à diffuser une information non orientée.

Un opérateur envoie d'ores et déja des maillings aux clients en les enjoyant de consulter le site de L'AFSSE. Or les conclusions de cet organisme sont plus le moins troublantes surtout qu'il semblerait que les personnes influençant la réglementation et ceux ayant des intérèts financiers avec les opérateurs ( recherches financées....) soientt souvent les mêmes personnes. Il semble donc que à l'information scientifique et rigoureuse va être substituée une information marketing destinée à préserver les intérèts financiers collossaux de quelques uns. Rappelons nous l'amiante ou encore le fameux nuage de Tchernobyl.

De fait, les opérateurs ne s'engagent toujours pas à baisser les seuils d'exposition du public aux champs électromagnétiques, maintenant des niveaux d'exposition inacceptables de 41 et 58 volts par mètre alors qu'une récente étude hollandaise officielle indiquait des effets sur le bien être à la suite d'une exposition de 45 minutes à 0,7 volt par mètre.


Comparaison

Pour qui ne maîtrise pas les termes techniques, une comparativité des seuils d'exposition peut être effectué de cette façon:


Pour protéger le matériel électronique contre les champs électromagnetiques, la loi fixe un maximum de 3 volts par metre.

Grâce à un decret publié au journal officiel sous le numéro 2002-775, signé en plein départ précipité de Monsieur Jospin (ministres signataires: Jospin, Fabius, Guigou, Gayssot, Kouchner, Pierret, Richard, Vaillant), les opérateurs peuvent s'appuyer sur un texte que la commission européenne a adopté en désacord avec le parlement européen.


Ce texte les autorise à exposer les êtres humains à des seuils d'expositions de:

  • 41 Volts par metre pour les fréquences de 9OO MHz
  • 58 Volts par metre Pour les fréquences de 1800 MHz
  • 61 Volt par metre pour les fréquences UMTS de 22OO MHz.


Que peux t'on en déduire: que un champ d'exposition de 3Volts par metre est dangereux pour un appareil mais pas pour l'homme?

Le Professeur Mattei, avant d'être nommé au ministère de la santé avait mené un travail rigoureux et bien documenté sur les risques liés à cette technologie. Or dès son arrivé aux manettes, il a opéré une volte-face bien déconcertante.

Que faut il en penser? Que les opérateurs de téléphonie ont un tel poids sur la vie politique et qu'ils ont le potenciel de faire gagner tel ou tel parti politique qui ne satisfera pas à leurs intérêts?

A regarder la façon dont le decret Jospin a été pris au lendemain du 21 avril 2002, on peut se demander si la santé publique n'est pas devenue une sorte de ballon électoral?




Des études scientifiques occultées


Les biologistes et les biophysiciens de pointe considèrent que les systèmes vivants sont des systèmes ouverts, c'est à dire qu'ils prennent dans le milieu environnant, proche ou lointain, des informations rythmiques réagissant en milieu interne. En d'autres terme, les êtres vivants peuvent être considérés globalement comme un ensemble de processus électriques, en interaction avec des mécanismes biochimiques. Or comme le dit à juste titre le docteur J-P Maaschi dans son livre Combat pour une idée: la pollution electromagnétique, le corps humain est une machine comparable à celles que l'homme fabrique journellement. Prenons comme exemple une voiture.

Pour fonctionner, cette voiture doit avoir:

un moteur
différents organes: arbre de transmission, boîte de vitesse
des combustibles: l'air et l'essence
une batterie;

Ce médecin effectue ensuite un parrallèle avec l'homme et la voiture.

Chez l'homme,
le moteur: c'est le cerveau
Les organes: ce sont nos organes, foie, coeur, rate, poumons..
Les combustibles: l'air, l'eau, les aliments.
La batterie? Comment l'homme fait le courant electrique? il prend une prise de terre (pôle négatif sachant que la terre est dans un champ magnétique négatif). Le contact entre champ magnétique qui donne vie à l'être humain se fait par la peau.

La peau contient des cellules chargées de capter, régulariser les phénomènes électriques et magnétiques ambiants et en même temps de rejeter l'électricité fournie par notre corps.

On comprend par là comment les champs electromagnetiques sont captés par tous les organismes vivants et qu'on ne peut de ce fait, y échapper.


Un aperçu des risques CERTAINS auxquels nous exposent nos politiques et les opérateurs de télephonies mobiles.

Voici une liste rédigée par des praticiens confrontés aux maux de leurs patients.

une augmentation dramatique de maladies graves et chroniques, en particulier :
• troubles de l'apprentissage, de la concentration et du comportement chez les enfants
(enfants hyperactifs, par exemple),
• troubles de la tension artérielle,
• troubles cardiaques,
• infarctus et accidents vasculaires cérébraux (A.V.C., apoplexie),
• maladies à dégénérescence neurologique (maladie d'Alzheimer, par ex.) et épilepsies,
• maladies cancéreuses telles des leucémies et des tumeurs du cerveau,

Nous constatons de plus l'apparition de différents troubles souvent interprétés à tort comme psychosomatiques, tels :
• maux de tête et migraines,
• fatigue chronique,
• inquiétude intérieure,
• insomnies et asthénie,
• acouphènes (bruits dans les oreilles),
• prédisposition aux infections,
• douleurs nerveuses et douleurs dans les parties molles, que l'on ne peut expliquer par des raisons normales.


Ces symptômes mentionnés ne sont que les plus frappants. Etant donné que nous connaissons l'environnement résidentiel et les habitudes de nos patients, nous apercevons toujours plus souvent – après un interrogatoire à but précis –
une relation claire dans le temps et dans l'espace, entre l'apparition de ces maladies et le début de l'extension de l'irradiation par des ondes radio, par exemple :
- l'installation d'une antenne relais de téléphonie mobile dans les environs du domicile du patient,
- l'utilisation intensive d'un téléphone portable,
- l'utilisation d'un téléphone sans fil des standards DECT dans la maison du patient ou dans le voisinage.

Nous ne pouvons plus accepter l'hypothèse d'une coïncidence ou de l'effet du hasard, car
- trop souvent nous constatons une accumulation frappante de certaines maladies dans des quartiers ou des immeubles,

- trop souvent l'état du patient s'améliore ou les troubles qui ont duré des mois disparaissent en relativement peu de temps après la réduction ou l'élimination des ondes radio à proximité du patient,
- trop souvent des mesures réalisées sur place selon les critères de la biologie de l'habitat montrent des niveaux anormaux de densités de champs électromagnétiques radio, lesquels confortent nos observations sur les patients.


A ces remarques, peuvent être ajoutés des effets biologiques destructeurs d'ailleurs confirmés par maintes études:

les micro-ondes induites par les antennes relais et les portables provoquent entre autres:

-ouverture de la barrière hémato-encéphalique: invasion du cerveau par des métaux lourds, disfonctionnement des glandes du cerveau.

-Genotoxique avec destruction de l'ADN et modifications génétiques, processus de reconstitution pertubés et de mauvaise qualité.

-diminution de la production de la mélatonine, hormone capitale du système hormonal entre autres.

-Augmentations des cas de stérilités, d'avortements, de ménopause précoce.

-diminution du potentiel immunutaire.

-aggravation de la prolifération cancéreuse ( leucémie, cancers du sein, du cerveau, des organes génitaux, de l'oeil....)

Les opérateurs de télephonie préfèrent parler d'effets NOCEBO:
[...] les malades de la téléphonie mobile existent bien selon René Russo (Délégué général de L'AFOM) (...) non pas à cause des rayonements électromagnétiques mais à cause de la crainte (...) inspirée à ces personnes des effets néfastes des antennes. Fragiles et réceptives à vos discours (celui des associations), ces personnes induisent, par effet, nocebo, des vraies maladies à partir de fausses causes.

  • Autres pays d'Europe, effet Nocebo?

En Toscane, des opérateurs qui ont déja reconnus qu'ils pouvaient baisser les fréquences partout ailleurs, l'ont fait, de même que à Salzbourg , où la population n'est plus exposée qu'à des frequences respectives de 0,5 Volt par metre et 0,6 Volt par metre. Sachant que dès 1 volt par metre, l'exposition est déja TRES toxique et cancérigène.


Devant de tels présomptions, on s'étonne que la seule réponse des opérateurs comme en son temps pour l'amiante, ait été de constituer une association nommée AFOM (l’association française des opérateurs de mobile) pour mieux coordonner leurs efforts de lobbying auprès des élus nationaux et locaux. Elles implantent leurs stations de bases en dehors du code de l'urbanisme dont les règles ne leurs sont pas applicables. Des stations de base à rayonnements puissants, destructeurs et mortelles sont installées sans aucune retenue à côté d'hopitaux, d'écoles, de crèches, d'habitations. De facto, les émissions de champs électromagnétiques et les fréquences auxquelles sont soumises les riverains des antennes-relais ou stations de base ne sont pas dangereuses en France sauf dans les autres pays européens.

Alors même que d'autres pays européens prennent tous ces faits et présomptions au sérieux, chez nous, nos politiques ont abandonnés semble t'il la défense de la santé publique à des scientifiques dont les intérêts financiers et professionnels sont liées à ceux des entreprises qui imposent des technologies qu'elles savent dangereuses.

Dans leur livre, Alertes Santé (Experts et citoyens face aux intérèts privés) de Cicolella et Benoît Browaeys, les auteurs mettent l'accent sur la collusion méditico-economico-scientifique qui règne désormais et qui réclament la création d'une sorte de CNIL de l'expertise scientifique.

On peut également s'interroger sur l'utlité du portable et de son impact social.

La laisse électronique

Cette "technologie" du portable et ses corrolaires dites stations de base force à mener un débat philosophique: qu'est ce le devenir d'une société qui voit de plus en plus de personnes exclues du systéme économico-social, où se trouve la liberté dont se gausse les publicités en ce qui concerne les portables quand on sait que les individus sont de plus en plus surveillés (vidéo-surveillance, écoutes téléphonique, localisation physique grâce aux terminaux de communications, la violation de la sphère privée du salarié qui ne peut plus éteindre son portable professionnel, même chez lui...)

La possibilité d’éteindre son portable après ses horaires de travail est directement tributaire du rapport de force existant entre le salarié et les dirigeants de l’entreprise. Par persuasion ou directement par le biais d’un chantage à l’emploi, un salarié peut être obligé de rester connecté en permanence, assurant de fait une période de garde par une certaine continuité pendant son temps de transport, voire au delà. Ce décalage dans le temps n’est pas la seule perversion de ce mélange des genres. En ayant prochainement la possibilité de repérer dans l’espace un salarié en
mouvement, celui-ci pourra être contrôlé en permanence, devant expliquer chaque parcours,chaque retard, chaque communication passée. Ce simple droit de pouvoir éteindre son mobile devient de fait un avantage à acquérir ; la déconnexion devient suspecte par définition, puisque la volonté d’échapper l’espace d’un instant au suivi méthodique de la radiotéléphonie laisse planer le doute sur l’objectif de cette absence.

Absurde, non seulement l'impact social de ces gadgets est néfaste mais en plus ils nous obligent à vivre dans ce que j'apelle un Four mocro-ondes. Vive le progrès.


----------------------------------------------------------------


Agir pour l'environnement-Pages de liens


Un petit lexique


Sources article


Jmrob.free.fr


L'écologiste N°16 SEPTEMBRE-OCTOBRE-NOVEMBRE 2005 Volume 6 -N°2 l'homme et la nature: Pages 13-16, téléphonie mobile, pourquoi et comment réagir.

Combat pour une idée: la pollution électromagnétique du Docteur J-P Maschi- France Europe Editions.

L habitat sain? Risques liés aux pollutions électriques et magnétiques, ce qu'il faut savoir de J.M. Danze, P. Le Ruz, M. Bousquet & B. Louppe aux éditions Résurgence- 2ème édition.

TELEPHONIE MOBILE: Petit guide pour raccrocher ! associations: agir pour l'environnement et priaterm

2 Comments:

At mer. oct. 05, 08:37:00 AM 2005, Anonymous fleurdevanille said...

Je dédie cet article blog à mon frangin pour ce jour si spécial pour lui.

Gros bisous :))

 
At dim. nov. 06, 02:23:00 PM 2005, Anonymous Anonyme said...

Bonjour, vraiment sympa votre site, j'ai fait un lien ver celui-ci sur ma page web de liens : http://www.domsweb.org/ecolo/liens.php

Dans les blogs français.

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home